Amuitz de Nouméa à Bali.

L’asie du Sud Est nous attendait, nous y sommes.Bali.

Parcours d'Amuitz carte
Parcours d’Amuitz carte

Amuitz est arrivé à Bali après 24 jours de mer non stop ou presque, vu que nous avons mouillé quelques heures dans une île proche pour attendre le moment propice du départ pour l’île de Bali et profiter pour démonter en apnée, l’hélice qui a été cassée par le choc d’un objet dans le Pacifique.

Côtes d'indonesie
Côtes d’indonesie

Carte noumea a Bali.
Carte noumea a Bali.

Le départ de Nouméa en Nouvelle Calédonie s’est effectué par une mer agitée à forte, renforcée par un anticyclone puissant, stationnaire depuis près de trois semaines au sud de l’Australie.
Juste avant le départ, Fanfan à fait une chute du bateau dans l’eau en passant par l’annexe… bilan 4 points de suture dans l’oreille. Petit retard au démarrage, soins à Noumea, tout va bien depuis.

accident oreille Fanfan.
accident oreille Fanfan.

Non seulement le vent était soutenu mais la mer croisée rendait la progression inconfortable pour le moins. Seule consolation, nous faisions route vers le Nord Ouest, donc vers des eaux plus chaudes et des températures nettement plus clémentes qu’en Nouvelle Calédonie.

Amuitz surfs à 18 noeuds...
Amuitz surfs à 18 noeuds…

En effet, des quelques jours de mer, nous avons noté un changement notable dans les températures et nous avons pu nous délester des couvertures en laine achetées à Nouméa…

Barracuda
Barracuda
Gros barracuda.
Gros barracuda.

L’océan Pacifique nous a fourni du poisson, mais uniquement des Barracudas… Il a fallu attendre l’Indien pour changer de régime, Wahoo et thons jaunes.

Amuitz Wahoo
Amuitz Wahoo Australie.
Thon
Thon

La première partie consiste à remonter vers la Papouasie-Nouvelle Guinée car le chenal d’entrée dans le détroit de Torres se situé très au nord de l’Australie. Le détroit se parcourt finalement en faisant cap au SW avec des vents au près, vu que le Sud soufflait à 25/30 noeuds. N’ayant pas de lieux de repli pour attendre une météo favorable, et aidés par Gérard et Régine du voilier Galdu de Nouméa, qui nous ont envoyé des infos météo quotidiennement, nous avons décidé de poursuivre.

Pluie au départ de Noumea.
Pluie au départ de Noumea.

Avec grand Voile à deux ris (une fois être monté au mat pour remettre des lazzis jaks cassés) et une trinquette, nous avons pu poursuivre en faisant un cap correct et une bonne vitesse. C’est avant Torres que nous avons constaté que l’hélice tribord avait des vibrations anormales. Nous venions de démarrer les moteurs pour permettre de manoeuvrer lors de l’envoie de la GV. Finalement c’est une pâle qui s’est cassée dans un choc qui a tordu l’axe de la Kiwiprop. De même deux pâles de l’éolienne ont volé en éclats lors d’une manoeuvre ratée.

Lever du jouir à bord d'Amuitz au large de la Papouasie.
Lever du jouir à bord d’Amuitz au large de la Papouasie.

Le détroit de torres a été avalé rapidement, de nuit, aidés par les courants portants et le vent, quand ce dernier n’était pas masqué par les îles que l’on apercevait dans la lueur de la pleine lune.

Fanfan spi amuitz
Fanfan spi amuitz

Une fois Torres derrière nous, nous avons renquillé avec l’océan Indien. La mer de Arafura avec deux jours de pétole bien molle. Spis symétrique et asymétrique ont été fortement mis à contribution. Finalement c’est le grand spi maxi symétrique qui nous a permis durant trois jours et nuit consécutives, de nous échapper de la mer d’Arafura et ses calmes annoncés par Gérard de « Galdu » et d’entrer dans la mer de Timor.

Visite à bord.
Visite à bord.

Durant cette période de navigation nous avons eu quelques visites des douanes d’Australie qui nous ont demandé qui nous étions d’ou nous venions et nous allions. L’avion des douanes vous survole à basse altitude avant de faire un large tour et de vous contacter par VHF canal 16.

Fanfan à la barre d'Amuitz
Fanfan à la barre d’Amuitz

Une fois devant les côtes d’Indonésie nous avons slalomé entre des puits de pétrole et des pétroliers puis avons poursuivi jusqu’à une petite île à côté de komodo. Nous avons effectué un stop de quelques heures pour plonger et tenter de remplacer la pâle cassée. Nous en avons une de rechange à bord. Malheureusement en plus de la pâle, c’est l’hélice elle même qui a été tordue.
Nous sommes repartis sur une pate et avons décidé de remonter vers le nord des îles pour redescendre plus tard vers Bali avec le courant. Les courants en cette saison descendent toujours du nord vers le sud de manière incroyablement forte. Nous avancions à 9 noeuds sur l’eau et moins de deux noeuds sur le fond et ce durant plusieurs heures, avec une mer creuse impressionnante.

P1160139
Spi asymétrique.

Comme tout a une fin, nous sommes parvenus à arriver dans la partie nord de l’archipel. Là, point de vent, petits airs, pétole, et moteur. Un petit stop dans l’île Gilli aer, plongée, démontage de l’hélice, dodo au calme et départ à 2h30 du matin pour Bali. Vent 25 noeuds au près, GV 2 ris trinquette, puis mollissant, envoi du génois.

Réparation de l'éolienne.
Réparation de l’éolienne.

Finalement nous arrivons devant la passe de Bali pour la marée haute comme prévu. L’entrée à été couverte sous voile. Bien balisée, la passe de Benoa est claire et même si des brisants puissants cassent sur tribord, il y a la place pour entrer. Des centaines d’embarcations circulaient aux abords des passes respectées à la manière militaire.

P1160449
Amuitz pirogue à balanciers.

Pas une étrave ne débordait vers le chenal. Les plages bondées de milliers de personnes, des parachutes tractés passent à 5 mètres de notre mât, c’est un brouhaha incroyable, des bateaux de pêche par tout, des cargos, des hauts fonds, des engins tractés qui s’envolent avec des gens accrochés dessus. Un choc après 24 jours de mer tranquilles…

Nous avons réussi à trouver une bouée payante, car impossible de mouiller par manque de place.

Nous sommes à Bali, 3500 milles au compteur.
Tout va bien à bord.

Restera à faire prochainement, un millier de milles pour rejoindre Singapour.

Indonesia_regions_map__fr_