Orphée.

Rencontrée en Polynésie Française dans les îles du vent en septembre 2011, la famille Segala à bord de leur Sun Fizz « Orphée ».

Orphée
Orphée

Partis en été 2006 de Toulon pour un voyage sans limites dans le temps, Sandrine et Philippe avec leurs deux filles Moana et Thaïs née en 2001 et 2002, ont traversé l’Atlantique après avoir navigué en Méditerranée, Canaries, Sénégal, Gambie et Capvert. Orphée a navigué deux saisons entre les Antilles et le Vénézuéla avant de passer par les ABC, Colombie et Panama. La traversée du Pacifique en 2009 entre les Galapagos et les Gambier a été suivie par une navigation de deux ans sur l’ensemble de l’archipel de Polynésie.

Orphée
Orphée

Moana et Thaïs suivent depuis 5 ans les cours du CNED avec assiduité. Le voyage d’Orphée devrait dans un an se poursuivre vers l’Ouest, vers la Nouvelle Zélande. Une famille que nous aurons le plaisir de retrouver au gré des escales.

Ojala.

Rencontré aux San Blas du Panama en janvier 2011, OJALA un Sun Fizz de 1983 parti de La Rochelle en août 2008. A bord Francis et Béatrice Bernard et leurs deux fils Joshua et Tao âgés respectivement de 11 et 10 ans.

Leur parcours les a emmenés d’Europe vers Madère, les Canaries, le Capvert, le Sénégal, le Brésil, Salvador de Bahia, la Guyanne française, les Antilles, le Vénézuéla, les ABC, la Colombie et le Panama.

Ojala
Ojala

Ce qui devait être au départ un tour de l’Atlantique en deux ans s’est transformé en longue virée avec la Polynésie comme prochaine escale… Les îles de la société pour retrouver du travail et scolariser les deux garçons. Francis un marin qui a fait la pêche dans le golfe de Gascogne avant d’embarquer sur les Abeilles comme électricien devrait trouver de quoi remplir la caisse de bord embarqué ou à terre. Béatrice quant à elle s’oriente vers sa profession d’institutrice.

Nous les avons retrouvés en Polynésie dans les Marquises puis à Tahiti. Francis est embarqué comme mécano sur une goélette qui relie les îles de la société aux Tuamotu. Les enfants sont scolarisés à terre.

Pour suivre leurs déplacements allez voir le blog suivant beaetsesgars.canalblog.com

Gwennili.

Rencontrés aux San Blas en janvier 2011 à bord de Gwennili, un monocoque de 13m à quille relevable.

Partis fin août 2010 de Treboul Douarnenez pour un tour du monde en trois ans…

Gwennilis
Gwennilis

Pascal et Sylvie Bizien avec leurs trois filles Nina, Lilli Rose et Gwendolyne étaient en Polynésie avec nous aux Marquises avant de filer vers la nouvelle Calédonie pour y être avant noël.

Gwennilis
Gwennili

Ensuite l’Australie, le détroit de Torrez puis le sud vers le Cap en Afrique et la remontée vers la maison. Arrivée prévue au ponton de Tréboul en août 2013.

Gwennilis
Gwennili

Nous les avons retrouvés dans les Marquises en 2011.

TUAMOTU atoll Apataki

Mer agitée tuamotu
Mer agitée tuamotu

Apres 60 heures et 550 milles de navigation musclée entre les Marquises et l’archipel des Tuamotu, nous sommes arrivés au petit matin devant l’atoll de Apataki ou nous avons attendu 13h locales pour entrer dans la passe.

amuitz
amuitz

Durant trois jours le vent d’est, sud-est fort et la mer croisée parfois de 4 à 5 mètres nous a permis de replonger dans la navigation hauturière après des mois dans la douceur des Marquises.

Atoll apataki
Atoll apataki

La passe de Apataki est relativement facile à embouquer, encore que par fort vent et houle, le courent ne s’inverse à marée basse que trois heures après l’étale. Il va falloir que l’on se plonge dans l’écoute attentive des usages locaux de la passe pour bien comprendre le mécanisme qui permet de se pointer au bon moment au bon endroit, seule forme d’une entrée et sortie en sécurité de ces atolls énormes.

Amuitz apataki
Amuitz apataki

A Apataki nous avons traversé d’ouest en est la partie sud pour nous rendre devant le chantier Apataki Carénage tenu par la famille d’Alfred. Un petit chantier bien sympathique qui rend de nombreux services dans une zone, il faut le reconnaître, bien loin de la civilisation…

Bénitier tuamotu
Bénitier tuamotu

Dans le lagon nous avons pêché à la traine un barracuda. Bien entendu les barracudas sont ciguatérés et il ne faut pas les manger. Tony, le fils d’Alfred nous a demandé de lui donner le poisson pour nourrir un gros requin qui a ses habitudes. En voyant notre barracuda il nous a dit que finalement c’est un « bon » barracuda que l’on peut manger. Pas de taches noires sur sa robe, pas de dents qui sortent a l’extérieur de la mâchoire… Nous l’avons mangé et allons bien.

Depuis, les jours ont passé et le charme continue d’être aussi fort.

Fanfan a choisi une perle cultivée par Alfred,

Perles tuamotu
Perles tuamotu

nous avons ramassé des coquillages sur le platier, rencontré des amis, fait de belles plongées, de superbes fêtes etc etc…

Si vous pointez Google map vers 15°33.458 sud et 146°14.523 ouest vous nous verrez juste en dessous !

Apataki Fanfan
Apataki Fanfan
Perle pour Fanfan
Perle pour Fanfan