Lady Bird

Rencontrés sur l’atoll de Apataki en novembre 2011 dans les Tuamotu en Polynésie française, « Lady Bird » un Ovni 455 de 1999 avec à leur bord Patrick et Annie Macdonald.

p1100428

Retraités de l’éducation nationale, l’Ovni est leur second voilier.
En 1980 ils achètent un Trirème en acier « Phantasie » qu’il feront convoyer jusqu’aux petites antilles puis navigueront à bord jusqu’en 1988 avec pour base la Guadeloupe.

En 2008 ils achètent « Lady Bird » à Arzal puis le ramènent à Hyeres en méditerranée avant de s’élancer vers Madère, Canaries puis la Guadeloupe. Une transat rapide, en 17 jours depuis les Canaries. En 2011 ils terminent leurs navigations dans la Caraïbe pour s’élancer sur le Pacifique qu’ils traversent du Panama aux Galapagos puis aux marquises. Leurs projets sont de naviguer deux ans en Polynésie avant de poursuivre vers la nouvelle Calédonie ou Patrick pourra poursuivre sa passion de chasse sous marine et de Golf…

MoraMora

Rencontré au Panama juste avant la traversée du Pacifique en mars 2011, Yves Loppinet à bord de son Mélody « Mora Mora » de 1981.

Mora Mora
Mora Mora

C’est le second bateau pour Yves, parti en Octobre 2007 de Port Camargue avec pour objectif Nouméa dans le Pacifique Sud. Une navigation assez classique, la Méditerranée, Espagne, Canaries, Capvert, Antilles pour deux ou trois saisons, les ABC puis les San Blas. Nous avons retrouvé Yves et « Mora Mora » aux Marquises en avril 2011 puis en septembre à Tahiti et la Nouvelle Calédonie avant de renaviguer de concert en Asie. Yves est arrivé à Madagascar en 2015.

Mora Mora
Mora Mora

Pour suivre son voyage sur internet: http://lemoramora.uniterre.com

Escampette

Rencontré sur l’atoll de Apataki dans les Tuamotu en Polynésie française en novembre 2011, « Escampette » un monocoque de 11 mètres, dériveur lesté en sandwich mousse PVC, unique en son genre, déssiné et construit à Granville en 1982 par Edmond Lecoq.

p1100439

A son bord Jean et Monique Billo, profs d’EPS à la retraite qui ont acheté « Escampette » en Nouvelle Calédonie à Nouméa en 1999.
Après avoir fait plusieurs fois le tour de la Nouvelle Calédonie, ils s’élancent vers le Vanuatu et l’Australie puis repartent de Noumea vers la polynésie française en passant par les Cook et Tonga, contre les vents dominants. Ils découvent les Marquises et les Tuamotu ainsi que les autres îles de Polynésie française avec pour projet de repartir cette fois-ci dans le sens du vent et pourquoi pas, faire le tour par l’Afrique du Sud puis remonter vers le Brésil et passer plus loin au pied de la statue de la liberté à New York…

Mektoub

Rencontré en 2011 en Polynésie, aux Marquises puis dans les Tuamotu et dans les îles sous le vent, le voilier Mektoub qui s’appelait encore Itsasoan…

A son bord Benoît et Laure qui préparaient un retour vers la métropole en passant par le détroit de Magellan.

mektoub

Nous avons revu Mektoub en Bretagne en Septembre 2014 quelques jours avant le nouveau départ programmé pour la Polynésie. A bord, en plus de Benoît et Laure, un moussaillon de 8 mois, Tom, qui renforcera l’équipage.

On essaiera de suivre la route de cette sympathique jeune famille.P1040067

Orphée.

Rencontrée en Polynésie Française dans les îles du vent en septembre 2011, la famille Segala à bord de leur Sun Fizz « Orphée ».

Orphée
Orphée

Partis en été 2006 de Toulon pour un voyage sans limites dans le temps, Sandrine et Philippe avec leurs deux filles Moana et Thaïs née en 2001 et 2002, ont traversé l’Atlantique après avoir navigué en Méditerranée, Canaries, Sénégal, Gambie et Capvert. Orphée a navigué deux saisons entre les Antilles et le Vénézuéla avant de passer par les ABC, Colombie et Panama. La traversée du Pacifique en 2009 entre les Galapagos et les Gambier a été suivie par une navigation de deux ans sur l’ensemble de l’archipel de Polynésie.

Orphée
Orphée

Moana et Thaïs suivent depuis 5 ans les cours du CNED avec assiduité. Le voyage d’Orphée devrait dans un an se poursuivre vers l’Ouest, vers la Nouvelle Zélande. Une famille que nous aurons le plaisir de retrouver au gré des escales.

Ojala.

Rencontré aux San Blas du Panama en janvier 2011, OJALA un Sun Fizz de 1983 parti de La Rochelle en août 2008. A bord Francis et Béatrice Bernard et leurs deux fils Joshua et Tao âgés respectivement de 11 et 10 ans.

Leur parcours les a emmenés d’Europe vers Madère, les Canaries, le Capvert, le Sénégal, le Brésil, Salvador de Bahia, la Guyanne française, les Antilles, le Vénézuéla, les ABC, la Colombie et le Panama.

Ojala
Ojala

Ce qui devait être au départ un tour de l’Atlantique en deux ans s’est transformé en longue virée avec la Polynésie comme prochaine escale… Les îles de la société pour retrouver du travail et scolariser les deux garçons. Francis un marin qui a fait la pêche dans le golfe de Gascogne avant d’embarquer sur les Abeilles comme électricien devrait trouver de quoi remplir la caisse de bord embarqué ou à terre. Béatrice quant à elle s’oriente vers sa profession d’institutrice.

Nous les avons retrouvés en Polynésie dans les Marquises puis à Tahiti. Francis est embarqué comme mécano sur une goélette qui relie les îles de la société aux Tuamotu. Les enfants sont scolarisés à terre.

Pour suivre leurs déplacements allez voir le blog suivant beaetsesgars.canalblog.com

Gwennili.

Rencontrés aux San Blas en janvier 2011 à bord de Gwennili, un monocoque de 13m à quille relevable.

Partis fin août 2010 de Treboul Douarnenez pour un tour du monde en trois ans…

Gwennilis
Gwennilis

Pascal et Sylvie Bizien avec leurs trois filles Nina, Lilli Rose et Gwendolyne étaient en Polynésie avec nous aux Marquises avant de filer vers la nouvelle Calédonie pour y être avant noël.

Gwennilis
Gwennili

Ensuite l’Australie, le détroit de Torrez puis le sud vers le Cap en Afrique et la remontée vers la maison. Arrivée prévue au ponton de Tréboul en août 2013.

Gwennilis
Gwennili

Nous les avons retrouvés dans les Marquises en 2011.

Cat et Ben

Rencontrés au Panama en 2010 à Puerto Lindo, Cat et Ben, deux jeunes voyageurs belges qui ont partagé la vie d’Amuitz à notre bord une dizaine de jours le temps de poser leur sac à dos et de gouter aux joies du voilier…

invites.belges

Partis depuis un an et demi sur les routes avec un mini budget, ils ont prouvé que l’on pouvait faire un superbe voyage avec peu de moyens. Nous gardons un excellent souvenir de leur passage à bord et de leur investissement sur Amuitz.

amuitz.belges

Tzigane

Rencontré il y a plus de 30 ans… dans le monde de la pêche professionnelle, « Tzigane » autrement dit Christian Papineau basque d’adoption a été un des plus fins pêcheurs du golfe de Gascogne.

Une fois pensionné, son vieux rêve refait surface et c’est avec un Trirème de prés de 14 mètres qu’il compte entamer son tour du monde.

papineau tzigane

Christian prépare son voilier avec soin, apprend la navigation à la voile avec des amis et s’initie aux joies de la vie en voilier.

Tzigane est presque terminé, transformé de fond en comble il va prendre la mer dans pas longtemps…

On aura grand plaisir à retrouver Christian dans les mouillages de n’importe ou dans le monde. De plus Christian doit nous ramener un casier à homards et quelques pièces de trémailles, de quoi améliorer l’ordinaire…

Le bateau a été mis à l’eau en été 2012… il se trouvait à Saint Jean de luz dans l’attente du départ.

Christian Papineau a été victime d’un accident mortel alors qu’il travaillait sur son voilier en carénage à la Cotinière sur l’île d’Oléron en Octobre 2018…

Les Julo.

Rencontrés aux San Blas début 2009, Didier et Annie Richaud dit « les Julos » à bord justement de « Julo » un Danaé acier de 10,30 mètres. Trois unités ont été construites, « Cercamon », « Julo » il ne manque que le troisième, inconnu au bataillon…

Les Julo
Les Julo

Partis en juillet 2006 de Gironde pour un tour du monde, ils ont parcouru les classiques îles de l’Atlantique, Madère, Canaries, Capvert puis Sénégal, Brésil, Guyanne française, remontée de l’arc antillais jusqu’aux îles vierges avant de faire le tour par le haut, Haïti, Cuba, Bélize, Guatemala, Honduras et Panama SanBlas.

Les Julo
Les Julo

Le passage du canal est au programme pour Avril, tout dépend de l’attrait des îles des San Blas… La suite du programme les dirige vers le Costa Rica, l’île Coco, l’équateur, l’île de Pâques, Pitcairn avec de la chance, la polynésie, le tout sans date de retour fixée. « Les Julos » avaient déjà goûté au plaisir de la navigation au large en 1990 à l’occasion d’un tour de l’Atlantique en un an sur un Gibsea 28. On peut suivre leur progression sur le site www.voile-aventure.org

Actuellement en Méditerranée 2015 sur un Gibsea 126.

Rémi 2.

Rencontrès furtivement en 2005 dans les Canaries puis en 2008 au Panama, le voilier « Rèmi 2 » un RM 9.80 avec à son bord Arnaud Rolland et Isabelle Collomb en 2005 et le tout dernier èquipier Titouan de 3 mois.

Rémi 2.
Rémi 2.

Le sympatique èquipage nous a accueilli à bord pour le passage du Canal de Panama fin janvier 2008. Partis de Toulouse en 2005 par le canal du Midi, ils avaient passè le canal de Panama en avril 2006 avant de faire demi tour en mai à cause de soucis de structure. Le voilier est restè 1 an en Guadeloupe, le temps de tout remettre en ordre et de refaire la caisse de bord. Ce second passage, libèratoire… ouvre les portes du tour du monde par les Galapagos, Marquises, Tahiti, Noumèa et Nouvelle Zèlande.

Rémi 2
Rémi 2

 

Rèmi 2 est en pleine forme, Arnaud et Isa ègalement sans oublier Titouan qui à trois mois a dèjà passè le canal de Panama.

Le bateau est vendu à Tahiti ou le trio attend le prochain bateau. Septembre 2009.

 

Paco.

Rencontré en Colombie puis aux îles San Blas de Panama en 2008, le sympathique équipage de « Paco » un Gibsea 114 de 1984 acheté en Martinique en aout 2006. Laurent et Marine naviguent avec leurs deux enfants Lilian de mars 2006 et Lucie née en 2001. Cette unité fait suite à un mousquetaire qui a navigué en Bretagne puis en Méditerranée entre 1999 et 2002.

Paco
Paco
Paco

C’est à bord de « Paco » que la famille vogue désormais avec le projet de faire le grand tour des Caraïbes en trois ans. C’est pour cela que le voilier a été acheté dans les Antilles alors qu’ils y travaillaient après avoir passé trois ans à la Réunion. La suite dépendra des événements, soit un travail en Martinique soit un retour vers la métropole.

Paco
Paco

Les ressources humaines et l’informatique les attendent de pied ferme. Cette navigation est presque naturelle vus les antécédents familiaux de Marine, sa mère est partie sur l’eau en mai 1998 (voir www.getaway-arb.com ) et son frère en juillet 2001…

Paco
Paco

Pour suivre « Paco » rien de plus simple www.batopaco.org

Furasta.

Rencontrés dans la baie du Chesapeake aux Etats Unis en octobre 2008, Jim et Nancy un couple de canadiens for sympathiques à bord de leur voilier en bois de 1940 « Furasta » (Facile en Gaelique)parfaitement restauré de fond en comble.

Furasta
Furasta

Furasta

Jim et Nancy ont acheté en 2005 ce voilier type Colin Archer de 57 pieds dessiné par William Atkin et construit par le norvégien Severing Fusterbes à New London dans le Connecticut.

Furasta
Furasta
Jim et Nancy

Jim Lane un ancien routier spécialisé dans le transport de billes de bois dans le grand nord et Nancy Alcox envisagent de changer d’unité pour se rendre après un détour par leur Canada natal, en Amérique du sud. On espère les retrouver un de ces quatre au soleil…

Burua Kole.

Buruakole
Buruakole

Rencontré dans une petite île des San Blas au Panama en mars 2009 sur le « Burua Kole », Gianni Sacchiello un ancien prof d’université, chercheur en mathématiques qui a décidé de prendre sa retraîte avant l’heure.

 

Amateur de tout ce qui ressemble aux Praos de prés ou de loin, Gianni qui partage sa vie entre l’Italie, le Vénézuéla sur son 12 mètres en acier et maintenant les San Blas a décidé de passer à l’oeuvre. L’année dernière il découvre ces îles des Caraïbes en compagnie d’un ami qui l’invite sur son bateau deux semaines.

Buruakole
Buruakole

L’îdée naît, se développe et se concrétise dans la réalisation unique, d’un Ulu (pirogue) des San Blas transformée en prao grace au matériel trouvé « au marché au vent des îles ».Autrement dit, tout ce qui arrive et s’échoue sur les plages du monde entier. Du banbou, du balsa, un peu de « tout » pour lier l’ensemble et voici que naît un superbe prao qui fend les vagues et navigue entre les îles jusqu’à 25 noeuds de vent.

Certes le bateau est petit (4m) et embarque de l’eau, mais tout le « confort » est à bord. Couchette de 70cm sur fond de filet, réchaud, taud de soleil et tente pour dormir tranquillement sous le vent des îles.Gianni souhaîte améliorer le concept l’année prochaine et fera construire pour l’occasion un Ulu de 20 pieds sur le même principe.

L’actuel UluPrao, le seul au monde, sera restitué à son propriétaire indien Cuna qui le lui à prêté, il pourra ainsi disposer d’un prao aux San Blas, une première qui pourrait faire des adeptes.

Viking

Rencontré à Puerto La cruz au Vénézuéla en 2006, le voilier VIKING de Jean Claude Chassin. Voilier que nous avons retrouvé dans les îles des San Blas du Panama ou il est basé en 2010.

Parti de France en solitaire en 1995, Jean Claude à parcouru l’Afrique, traversé l’Atlantique vers les Antilles, remonté les Etats Unis puis le Canada et redescendu en Amérique Latine.

viking

Son voilier, un Daphnie de 12 metres par 4 en aluminium, dérriveur intégral à bouchins, salon de pont, déssiné par Jean François André, l’architecte des Damien, construit par les chantiers ACNO de Noirmoutiers en 1988 a été refait de fond en comble en 1994/95 puis entretenu et amélioré depuis.

Aprés 15 ans de voyage Jean Claude envisage de rentrer à terre et de mettre en vente son VIKING ou de l’échanger contre un bien immobilier, Le bateau emménagé en trois cabines est en vente. Pour le contacter, un mail voilierviking@hotmail.com

Yakayalé

Rencontrés furtivement aux Canaries puis au Capvert en 2005 puis en 2006 au Vénézuéla et en 2007 en Martinique, le « Yakayalé », un Sunfizz de 1984 acheté par Kawa Mahé à Vannes en 2004.

yaka yale

Ce breton accompagné de sa fille Morgane âgée de 12 ans a traversé l’Atlantique en 2005/2006 du Capvert vers le Brésil dans le cadre d’une année sabbatique qu’il a prolongé depuis. Après le Brésil à Salvador de Bahia, « Yakayalé » a rejoint les Caraïbes, le Vénézuéla puis les Antilles françaises ou il cherche à refaire la caisse de bord en travaillant dans le milieu hospitalier qui est sa branche, tandis que Morgane est scolarisée en 6ème aux Trois îlets. Les projets pour Kawa et Morgane, visiter le Brésil par la voie terrestre.

yaka yale

En attendant, ils ont réalisé un blog internet ou l’on peut suivre leurs aventures.

Yakayaleausoleil.over-blog.net

Xano Xano

Rencontrés sur l’archipel des Roques en Mai 2006.

– « Xano Xano 3 » Océanis 37 skippé par Salvador Salat en compagnie de Paula Gomez, tous deux catalans de Barcelone.

xano xano

C’est Salvador qui nous a repéré grâce à l’Ikurrina peint sur l’éolienne. « Gora Euskadi Askatuta » a été l’appel lancé d’une annexe venant vers nous.

dsc_9606

Depuis nous avons enchaîné apéritifs, repas et autres bons moments avec Salvador et Paula qui sont repartis pour Barcelone quelques jours plus tard. Leur bateau restant au Vénézuéla. Xano Xano est rentré en 2007

XanoXano traversait l’Atlantique juin 2007 par la mer pour retrouver la Méditerranée.

Lady Jane

Rencontrés en Colombie fin 2007 puis aux îles San Blas de Panama en 2008, Inma et Roberto, à bord du voilier « Lady Jane », un Morgan 38 de 1977. Acheté en 2000 aux USA, « Lady Jane » fait du charter aux San Blas depuis trois ans.

Lady Jane.
Lady Jane.

Après le Mexique, Belize, Guatemala, Honduras, Panama et Colombie, Inma originaire du Pays basque sud et Roberto italien bon teint travaillent dans ces îles qu’ils connaissent bien. Le couple sympathique mélange la culture basque et italienne parfaitement. Roberto plonge et chasse ce qu’il veut… Inma cuisine désormais avec du piment d’Espelette.

 

Vela Bianca

Rencontrés sur l’île de Curaçao en 2007, Matias et Doreen un jeune couple allemand fort sympathique qui navigue à bord de « Vala Bianca » un voiler de 10m en aluminium à bouchains.

vela bianca

Doreen, adepte du Yoga comme Fanfan, attendait alors une naissance qui est arrivée en la personne de Daniel qui renforce désormais l’équipage de « Vela Bianca ». Nous avons retrouvé la famille au complet en mars 2008 aux San Blas en provenance de Colombie.

vela bianca

La suite du voyage dépend des circonstances, leur voilier est à Colon et ils étudient le moyen de le faire rapatrier en Allemagne.

Aout 2009

Retrouvailles de la bande des 4.

Retrouvailles de la bande des 4.

Les équipages des voiliers « Tadorne », « Stelie 4 », « L’oie sauvage 2 » et « Amuitz » se sont retrouvés cette semaine (novembre 2007) à Carthagène en Colombie.

Notre dernière rencontre commune datait de plus d’un an, c’était au Vénézuéla à Cumanà.

Tadorne,Stelie4,l'oie sauvage2,Amuitz.
Tadorne,Stelie4,l’oie sauvage2,Amuitz.

L’occasion d’une bonne série de soirées à bord avant de voir « L’oie Sauvage 2 » s’envoler le premier, comme souvent.

On va les revoir aux San Blas, rendez-vous étant pris pour passer noël ensemble.