Avitaillement en vue de la traversée Atlantique.

 

Voici quelques détails de l’avitaillement embarqué sur Amuitz.

Je rappelle que nous avions du piment d’Espelette embarquè du Pays basque et que le chocolat, oublié, va rejoindre les cales du bateau…

- Farine 8 kilos (pour faire du pain et aussi des gâteaux)
- 15 paquets de levure
- Pâtes 5 Kg
- Riz 4 Kg
- Lentilles 2 Kg
- Pain de mie (longue conservation) 4 paquets
- Pain à cuire (sous vide) 4 paquets
- Biscottes 4 paquets
- Céréales 4 paquets
- Sucre 5 Kg (pour faire des confitures)
- Sel fin1Kg
- Sel (gros) 4 Kg (pour conserver le poisson qu’on va sûrement pêcher)
- Thé en feuilles 0,5 Kg
- Thé en sachets 2 boites (plus facile pour les quarts de nuit)
- Café soluble 2 boites (plus pratique en mer quand ça bouge)
- Café moulu 3 Kg
- Jus de fruits 5 briques
- Lait demi écrémé longue conservation 10 briques (pour faire des yaourts)
- Lait en poudre1,5 Kg
- Lait concentré sucré 4 Boites (pour faire des pièges à cafard, melangé à l’acide borique)
- Huile d’olive 20 Litres (on n’en trouve pas de l’autre côté de l’Atlantique)
- Huile d’arachide 2 Litres
- Vinaigre 4 bouteilles dont deux de Modène.
- 1 bouteille de citron concentré
- Moutarde 4 petits bocaux
- Cornichons 1 bocal
- Câpres 1 bocal
- Confitures 15 pots sans compter ceux que l’on a pris à Guéthary.
- Beurre de Cacahuète 4 pots
- Chocolat en poudre 1 pot
- Beurre en boite de conserve de 250 gr 6 Boites
- Barres de céréales 10 paquets
- Gâteaux secs 2 kilos
- Fruits secs abricots raisins etc 1 kilo

- Conserves :
- 20 boites de thon de 500 gr (faites par Pantxoa à Ciboure…)
- Sardines 70 boites de Douarnenez.
- Calamars 12 boites
- Moules 5 boites
- 10 boites de pâté de porc 1 boite de corned de beef (pour Fanfan)
- Olives 1 kilo et 10 boites farcies aux anchois
- Epinards 1 kilo
- Petits pois 1 kilo
- Mais 5 boites de 500 gr
- Macédoine de légumes 4 boites d’un kilo
- Artichauts 4 boites de 500 gr
- Champignons 3 boites de 500 gr
- Cœurs de bambou 1 boite
- Haricots rouges 3 boites
- Haricots blancs 2 boites
- Haricots verts 2 boites
- Asperges 6 boites
- Lait de coco 5 boites
- Poivrons 5 boites de 500 gr
- Garbanzos 2 boites
- Tomates pelées, frites, entières, 10 boites
- 15 boites d’ananas
- 2 de piperade d’un kilo
- 6 d’abricots
- 6 de macédoine de fruits
- 2 de miel
- 1 de litchies
- 4 paquets de bombons
- Vin 24 Bouteilles
- Bières 72 canettes (les copains boivent beaucoup)
- Eau minérale 100 litres
- Eau dans les cuves 350 litres
- 1 bouteille de Patxaran, 1 de rhum, 1 de Whisky, 1 armagnac et du champagne offert par des amis de Guethary.
- 60 rouleaux de papier hygiénique
- 15 d’essuie tout.

- L’avitaillement du « frais » se fera juste avant de prendre la mer.
- 15 kg de pommes de terre
- 5 d’oignons
- Ail
- 3 de carottes
- 3 d’oranges
- 3 de pamplemousses
- 3 de citron
- Bananes
- Mangues
- Avocats
- Tomates
- Œufs

Roger et Anie Prigent.

Roger et Annie Prigent, bretons pur sucre installés et acclimatés en Martinique depuis 10 ans, Roger est un adepte de la croisière, pas seulement dans les Caraïbes mais aussi en Bretagne avec des amis.

Roger et Annie.
Roger et Annie.

Nous avons été accueillis dans leur belle maison ou le « ti punch » est préparé avec soin sans oublier la tarte aux pommes d’Annie, excellente.

Patrick et Gaëlle Mitchell.

Rencontrés en 2005 Patrick et Gaëlle Mitchell, roscovites en balade un peu par tout, naviguent dans les Caraïbes en Cata depuis des années en attendant une retraite qui vient d’arriver…

Gaelle et Patrick Mitchell
Gaelle et Patrick Mitchell

Leurs fils a suivi l’exemple en préparant un « Sun Fizz » à Port Leucat, il va ramener la voilier en France apres deux années de virées dans les petites antilles (2010).

Avril 2006 au chaud dans les Baleares. Décembre 2006 en Martinique. Patrick que nous avions revu en Bretagne nous a subitement quitté…

Ovinorc.

Rencontré furtivement sur la BLU puis aux Canaries en 2005, Cap Vert et Martinique, José l’Occitan, José Péruga est parti de Sète sur son Mélody de 1979 pour un tour de l’Atlantique qu’il a démarré en solitaire.

Ovinorc
Ovinorc

Désormais ils sont deux à bord, un petit chaton a embarqué le 4 janvier 2006 et poursuivra le périple qui doit l’emmener en France aprés etre passé par Cuba. Juin 2006.

Otter 2.

Rencontrés à Nazaré au Portugal en 2005 l’équipage de « OTTER II » un superbe Hans Christian 43T, Jean et Marjolein Lumaye/Van Ettro accompagnés par Ondine revenaient de Lisbonne en route pour la Belgique. Peut-être les revérrons nous en 2006 aux Açores… Un bien sympatique équipage sur une superbe unité !

Ils sont en Belgique, suivent Amuitz par internet, nous aurons plaisir à les retrouver.

Otter 2.
Otter 2.

Février 2012, ils sont en Martinique après avoir traversé l’Atlantique.

Marion Francoual.

Rencontrée à La Palmeira sur l’île de SAL au Cap-vert en 2005, une partie d’échecs furtive avec Marion Francoual, ex collegue de travail à distance.

Marion francoual
Marion francoual

« C’est vous qui avez un drapeau basque sur votre voilier ? Vous ne seriez pas José Arocena ? ». Nous ne nous étions jamais vus physiquement, c’est chose faite.

Marion était de passage à Sal et savait que nous pouvions être peut être sur le Cap-vert. Mission accomplie pour Marion qui est arrivée en avion dimanche 30 octobre à 3 heures du matin en avion, l’avion nous a survolé, nous abordions la partie nord de l’île de Sal en provenance des Canaries.

Lutin

Rencontrés sur l’île de Graciosa aux Canaries en 2005, l’équipage du « Lutin » d’Ajaccio. Partis de Corse début juin 2005 pour un long voyage en famille, Christophe, Sylvie et leurs deux enfants Gaelle 12 ans et Eva 5 ans ont prolongé l’escale de la Graciosa pour raisons techniques.

Lutin
Lutin

La rupture de l’étai et des soucis de réservoir de carburant ont obligé une remise à niveau du Mangareva, un plan Caroff en polyester de 12 mètres. Sur la photo, l’équipage du « Lutin » qui recevait la visite de Gigi et Gégé, membres de leur famille. Le « Lutin » va naviguer dans un premier temps vers les Caraïbes et le Vénézuela avant de poursuivre sa route…

Lutin à bord d'Amuitz
Lutin à bord d’Amuitz
A bord d’Amuitz

En escale au Cap-Vert en décembre 2005, ils étaient en mars 2006 en Guadeloupe et au Venezuela en septembre 2006. Nous les avons revus avec plaisir à St Martin en février 2007, ils depuis rentrés en Corse. (Septembre 2007)

Ludmilla

Rencontrés aux Canaries en 2005.

« Ludmilla » est un long vent de 13m venu tout droit de sa Suisse natale.

Ludmilla avec sa famille à bord.
Ludmilla avec sa famille à bord.
Myriam Roura de Ludmilla.
Myriam Roura de Ludmilla.

Ce sloop en polyester et son équipage également suisse se trouve au Vénézuela, lieu habituel de leurs virées familiales.

Georges et Alan de Ludmilla.
Georges et Alan de Ludmilla.

A bord Georges et Myriam Roura et deux de leurs enfants, Julie 20 ans et Alan 14 ans.

Alan de Ludmilla.
Alan de Ludmilla.

Une famille d’artistes qui s’adonne à la confection de bijoux très appréciés. Georges étant par ailleurs spécialisé dans la préparation de voiliers.

Julie de Ludmilla.
Julie de Ludmilla.

Ils étaient au mouillage de St Anne en Martinique en décembre 2005 et sont partis vers le sud de la Caraibe en janvier 2006. En novembre 2006 les 3/4 de l’équipage remonte les petites antilles après avoir passé 8 mois au Venezuela. (Comme nous…) Julie est en Suisse pour le moment…

Ludmilla se trouve à Grenade janvier 2008. A Tahiti en juin 2010 puis route vers l’Ouest ou il a changé de propriétaire à Noumea en Nouvelle Calédonie.

Lomig.

Rencontré durant notre voyage en 2005/2006 au Marin en Martinique puis en 2007 à St Martin, Lomig Henry qui n’est autre que notre neveu fait partie des personnes que nous retrouvons avec plaisir.

lomig
lomig

Marin, voileux, professionnel du nautisme, il a appris son métier entre sa Bretagne natale, le Pays basque, la Corse et les Caraïbes ou il est devenu un personnage incontournable du monde de l’accastillage. (…)

Il nous a toujours accueilli plus que dignement, c’est chez lui que nous avons pris nos premières douches d’après transat, bu les premiers Ti-punch, passé nos premiers réveillons au soleil etc…

Notre bord lui est ouvert tout comme sa « case » nous est ouverte.

Les lecteurs assidus de sextan.com l’auront aperçu à plusieurs reprises dans les pages de ce site.

L’oie sauvage 2.

A Porto Santo archipel de Madère en 2005.

Rencontrer des amis c’est toujours chouette. Serge et Dominique nous attendaient à Porto Santo dans l’archipel de Madère. Amis « Virtuels » depuis des années sur Internet, ils sont désormais « vrais » amis et bons vivants.

Leur Bavaria 38 « L’oie sauvage 2 » super équipé est à un ponton d’Amuitz.

L'oie sauvage
L’oie sauvage

L’occasion de visites, comparaisons de matériel etc… Le voilier de Sergio et Domi est taillé pour de belles balades !

L’Oie Sauvage 2 est au Venezuela depuis septembre 2006 stationné au sec à Cumanà. L’équipage est attendu à bord dans quelques semaines (octobre 2007)

Apres les San Blas, ils ont passè le canal de Panama en janvier 2008.

L'oie sauvage
L’oie sauvage

Sont en route dans le Pacifique avril 2008. Aux Fidji en juin 2010. En Nouvelle Calédonie en été 2010. Fin du voyage en bateau, l’Oie Sauvage 2 a été vendu en Nouvelle Calédonie.

L’Hay

Rencontrés sur l’île de Graciosa aux Canaries en 2005, l’équipage du « L’Hay ».

Partis du Havre pour un long tour « no limit », Nicole et Paulo Kessedjian n’en sont pas à leur première virée atlantique.

A bord de leur côtre en acier construit de leurs mains et entièrement révisé pour l’occasion,  ils sont retournés dans les Caraïbes à la recherche de bons mouillages. A noter la présence à bord d’une excellente cave…

 

En septembre 2006 ils sont au port de Cumanà en pleine forme… et regrettent juste le manque de savoir vivre d’un voilier autrichien qui leur a coupè la ligne de pêche en arrivant. juin 2007 en voyage en France. Depuis ils sont au Venezuela et écument le continent sud américain en bus. Janvier 2008.

Jonathan.

A Funchal en 2005 nous avons vu arriver « Jonathan » battant pavillon italien. A son bord Luigi Ottogalli et Silvia Angelini.

Jonathan
Jonathan

Bons vivants à bord d’un superbe voilier traditionnel à coque en polyester et pont en bois, nous avons traversé de Madère aux Canaries de concert avec contacts BLU. Luigi est un adepte des croissants matinaux, Silvia des balades en montagne.

Jonathan
Jonathan

A Salvador de Bahia en décembre 2006 au Bresil. A Curaçao en juin 2010.

Iravera.

Rencontrés à Funchal sur l’île de Madère en 2005, Christophe Besson et Lydie Marechal, deux amoureux du voyage qui entament une grande virée sur un Sun Fizz bien préparé.

iravera
iravera

Christophe est amateur de bonne cuisine, comme moi, mais lui « il » cuisine !

iravera
iravera

Iravera était mouillé à 20 mètres de Amuitz au Marin en Martinique janvier 2006. L’occasion pour eux de quelques travaux avant la traversée du Pacifique. Bagues de safrans, hydrolube, peinture anti salissure… Iravera est comme neuf. Il a même fait confectionner une nouvelle Grand voile.

Iravera se trouvait en septembre 2006 aux Gambiers avant de repartir vers le 15 du mois vers les Marquises pour la saison cyclonique. Il est arrivé la première semaine d’Octobre 2006 aux Marquises. Après une année passée en Polynésie Christophe et Lydie ont rejoint les Fidji. Septembre 2007. En Nouvelle Zèlande Janvier 2008 puis la Nouvelle Caledonie pour renflouer la caisse de bord, ils vont super bien. Juin 2010.

iravera
iravera

Retrouvés à Noumea en aout 2012, ils sont désormais trois à bord, la jolie Juliette est venue renforcer l’équipage, elle à 4 mois.

Galdu.

Rencontrés en 2005 sur l’île de Graciosa puis à Tenerife aux Canaries, Régine et Gérard sur leur Ovni 35 en provenance de Vannes et à destination lointaine.

Galdu
Galdu

Après avoir parcouru les mers du monde sur d’autres voiliers, Régine et Gérard recommencent sur leur dernière acquisition, l’Ovni qui porte le nom basque de « Galdu ». La moitié de l’équipage est adepte du sport extrême, natation, treks, vélo etc…

Ils étaient a Curaçao dans les ABC en Juin 2006. Puis dans le Pacifique en 2007. Ils sont au Fiji en janvier 2008. Retrouvés à Nouméa en Nouvelle Calédonie en aout 2012, ils sont en pleine forme.

Dahu.

Rencontrés en 2005 au Portugal à Nazaré, c’est le premier bateau que nous retrouvons si loin…

Après le Portugal nous les avons revus à Madère et aux Canaries et c’est avec plaisir que nous retrouvons à quelques mètres de notre mouillage « Dahu » un Ovni 39.

dahu
dahu

A son bord, Isabelle et Krimo Guergoua et leur petite fille Ambryme née en avril 2003. Le 30 septembre 2006 ils étaient à trois jours de mer de Fatu Hiva et de la baie des vierges.

En décembre 2006 ils doivent être à Tahiti. (ou dans le coin).

 

Partis de Cherbourg le 3 juillet 2005 pour une grande virée qui les mènera après les Caraïbes vers le Pacifique. Le couple a même prévu une scolarisation d’Ambryme en Nouvelle Zélande et des activités pour remplir la caisse de bord. Septembre 2010 le bateau est en nouvelle Zélande.

De juillet a Septembre 2006 aux les Gambiers puis aux Marquises en fin septembre.

Cristophe Guerch.

Rencontré en 2005 à Tenerife dans les Canaries Christophe Guerch sur le Sun Fast 36 de l’école de croisière de Roscoff dans le Finistère.

Christophe Guerch
Christophe Guerch

Il organise et encadre des stages sur l’archipel des Canaries durant tout l’hiver. L’occasion de parfaire ses connaissances en navigation à bord d’un voilier vivant et dans un cadre très agréable.

Il est à St Pol de Léon, il se caille les miches et attend de reprendre la mer…Jeune papa depuis peu !

Carpe Diem.

Rencontrés sur le ponton de Porto Santo sur l’archipel de Madère en 2005, « Carpe Diem » fier Océanis 36 venu en ligne droite de l’île d’Yeu.

carpe diem
carpe diem

Denis et Marité Planchot naviguent en pointillé laissant leur voilier quelques mois aux Canaries avant de traverser pour les Caraïbes et probablement plus par la suite. Nous les avons revus en février 2006 en Guadeloupe Denis et Marité, bons vivants très sympathiques avec qui nous entretenons des relations par courriel.

Ils ont traversé l’Atlantique. Leur bateau est en Avril 2006 a Trinidad au sec. En décembre 2006 nous les avons croisés en Martinique. Depuis plus de nouvelles…

Caracolito.

Rencontrés au Capvert en 2005.

A Sal à la Palmeira, Pierre et Hélène sur Caracolito un superbe Armagnac jaune de 30 ans d’âge qui semble tout juste sorti des chantiers qui l’ont mis à jour.

Pierre et Hélène ont un objectif, le tour du monde en trois ans… avec des idées de rallonge possible si tout va pour le mieux.

Pierre qui adore les animaux hésite à prendre un chien et deux chats à bord, pour le moment il se contente de les caresser lors des escales.

caracolito
caracolito

Caracolito, est un armagnac sans moteur inbord, il nous fait fortement penser à notre premier bateau, un autre armagnac de première génération. Le premier de tous nos bateaux !

En escale longue en Equateur, la famille a été renforcée avec la venue d’une bébé… Ils sont dans le Pacifique, janvier 2008. Posent leur sac à terre en 2009 vivent sur un catamaran du même nom et attendent la naissance de leur troisième enfant à Papeete. (Octobre 2011)

Pour suivre les avancées de Caracolito (petit escargot) rien de plus simple, http://caracolito.net

Bellegaff.

Bellegaff
Bellegaff

Rencontrés en 2005 au Cap-Vert sur l’île de Sal puis en Martinique au Marin, le sympathique équipage de « Bellegaff » un first 32 belge.

 

Partis de Nieuwpoort le 14 juillet 2005, Nathalie David et Gaétan Bastin ont prévu d’effectuer un tour de l’Atlantique en un an, même si l’idée de prolonger le périple les titille… Leur « Bellegaff » mené de main de maître parcours les mers à vive allure et se distingue aux allures de prés. Pour suivre leur aventure sur le web, rien de plus simple : http://bellegaff.voilier.be Ils sont en Belgique pour travailler de nouveau mais un départ futur est en gestation…